Archives de la catégorie ‘Assemblée Générale contre toutes les expulsions’

Samedi 3 février, montrons toutes et tous que l’extrême droite n’est pas la bienvenue à Ouistreham !

Ouistreham fait depuis quelques mois l’objet d’un relatif intérêt médiatique parce qu’une centaine de migrants, sans abris et en situation de grand dénuement, essaye de gagner l’Angleterre en passant par ce petit port normand.

Des manifestations de solidarité avec les migrants et de dénonciation du harcèlement dont ils sont la cible de la part des autorités préfectorale et municipale ont eu lieu, rassemblant de nombreuses personnes de Ouistreham, des communes de la côte et de l’agglomération caennaise. La solidarité locale s’est organisée, développée et affirmée, malgré l’hostilité des autorités, fournissant nourriture, vêtements chauds et couvertures.

C’est probablement cette agitation médiatique autour de Ouistreham qui a attiré un micro-parti d’extrême droite, le Parti De la France (PDF), qui annonce un rassemblement anti-migrant le samedi 3 février à Ouistreham.

Le PDF est né d’une scission du Front National en 2009. Il mêle un peu de tout, des anciens frontistes qui ne sont pas d’accord avec la stratégie politicienne de « dédiabolisation » choisie par Marine Le Pen, des catholiques intégristes, des fascistes, des nostalgiques de Pétain, de l’Algérie française, des nazis…

L’appel du PDF à ce rassemblement se veut d’une ampleur « nationale ». Son chef, Carl Lang, un ancien cadre politique du FN, fera le déplacement pour prendre la parole à ce rassemblement.

Le projet de rassemblement de l’extrême droite est une insulte et une offense volontaire envers les migrants, envers la population locale qui les aide humainement et matériellement, envers les organisations antiracistes solidaires, envers les valeurs de liberté, de diversité et d’égalité !

Divers collectifs, associations, syndicats et partis lancent donc un appel commun à un

contre-rassemblement antiraciste

 

samedi 3 février, à 13h30, à l’angle de l’avenue de la mer et de la place Alfred thomas (près du casino).

Soyons nombreux-euses à leur montrer que les fachos ne tiendront pas le haut du pavé à Ouistreham, que notre solidarité est plus puissante que leurs délires racistes et autoritaires. Amenons de quoi faire de la musique et du bruit, plein de bruit, pour couvrir leurs discours de haine raciale et antisociale, pour ridiculiser leur projet de rassemblement et profitons en pour rappeler nos revendications :

STOP AU HARCÈLEMENT DES MIGRANTS ET DE LEURS SOUTIENS, À OUISTREHAM COMME AILLEURS !

PERSONNE À LA RUE ! IL LEUR FAUT UN ABRI !

NON À LA CHASSE AUX MIGRANT-E-S ET AUX EXPULSIONS MASSIVES VOULUES PAR LE GOUVERNEMENT !

LIBERTÉ DE CIRCULATION ET D’INSTALLATION !

Faites tourner l’information !

 

Pour plus d’infos sur le PDF :https://agcontrelesexpulsions.wordpress.com/2018/01/30/le-parti-de-la-france-une-histoire-de-deja-vu/

http://lahorde.samizdat.net/2018/01/30/caen-mobilisation-contre-le-pdf-et-en-solidarite-avec-les-migrants/

 

Publicités

Sans titre

soirée solidarité squat

affiche-manif-26-11-page001

affiche-concert-mdv-finale-page001
Salut à toutes et tous,
 
Vendredi 18 novembre, une soirée-concerts de soutien aux migrant-e-s à la Maison du Vélo est organisée
(54 quai Amiral Hamelin) de 19h à 22h30 avec :
– Sokhol (Musique albanaise par des habitant-e-s des squats)
– Goum (Soul music)
– Mort Mort Mort (Post-hardcore)
 
Il y aura également des cantines prix libre (tu donnes ce que tu veux/peux), dont au moins une vegane, des brochures à consulter ou à acheter prix libre, et une zone de dons si vous voulez ramener des choses de la liste qui a été envoyée récemment.
 
Si vous voulez nous donner un coup de main, rendez-vous dès 10h là-bas le jour même pour préparer le concert, ainsi qu’à partir de 15h l’aprem pour commencer à préparer à manger sur place. Dans tous les cas demandez quelqu’un de l’AG contre toutes les expulsions pour ne pas perturber l’activité de réparation de vélo de ceux/celles qui nous accueillent. N’hésitez pas à ramener ce que vous voulez : gâteaux etc.
 
 
La soirée est à prix libre. Venez tôt ça finis tôt !

SL-Caen relaye ce concert de solidarité, à faire tourner le plus largement possible.

Plus d’infos ici : https://agcontrelesexpulsions.wordpress.com/

concert-solidarite-migrantes

Dans la soirée du mardi 12 juillet, la maison principale du squat Saint-Ouen qui hébergeait une trentaine de personnes depuis septembre dernier a brûlé pour des raisons non déterminées à l’heure actuelle. Les pompiers ont éteint l’incendie et ont pris en charge une dizaine de personnes qui ont été conduite à l’hôpital pour inhalation de fumée. Aucun-e blessé-e grave n’est à déplorer mais les pertes matérielles dans la maison en question sont conséquentes (vêtements, papiers, argent ameublement…), sans parler des conséquences psychologiques pour les habitant-e-s.

    Le 115 et la Préfecture n’ont convenu que d’un hébergement d’urgence de 3 jours dans un gymnase pour ces personnes qui, une nouvelle fois, se retrouvent à la rue.

    Nous rappelons que face au nombre accru de personnes mises à la rue, l’Assemblée Générale de lutte contre toutes les expulsions s’est créée en juin 2013. En effet, l’État, via ses politiques d’austérité, a décidé depuis plus de 3 ans de réduire de manière drastique les budgets alloués aux Directions Départementales de la Cohésion Sociale (DDCS), chargées localement de l’hébergement d’urgence. Face à cette situation, nous avons décidé de nous organiser collectivement et de manière indépendante entre expulsé-e-s et personnes solidaires afin de lutter par l’action directe contre ces politiques anti-sociales, la spéculation immobilière et la xénophobie d’État.

Le constat est simple : ce sont des centaines de personnes aujourd’hui sur l’agglomération caennaise qui vivent dans des conditions de vie plus que précaires. C’est pourquoi nous ouvrons des squats afin qu’ils-elles aient un toit sur la tête. Ces squats ouverts ne sont jamais insalubres et offrent des conditions de vie bien moins précaires que la rue. Les accusations de la préfecture à propos des conditions « dangereuses » d’occupation nous laissent un goût amer dans la bouche étant donné que la préfecture et les collectivités territoriales ont l’obligation de loger une partie de ces personnes et ne le font pas.

Non satisfaite de renvoyer ces personnes à la rue, la préfecture intensifie la répression : expulsions illégales de squats, interpellations de militant-e-s, dispersion de rassemblements… Cette répression ne nous fera pas plier : tant qu’il y aura des gens à la rue nous occuperons des lieux vides.

Des papiers pour tou-te-s !

Un logement pour tou-te-s !

Jouer pour lutter_web

Bandeau 2 Juin_presse